Connexion
Close

Petit retour d’un grand Son Libre 2017

Petit retour d’un grand Son Libre 2017

Axel ma biche

Le son libre ! Crédit photo Axel.

 

1.      Le Son Libre 2017 !

C’est environ 5 000 personnes qui se sont données rendez-vous au désormais mythique « Son Libre Festival ». Toujours du côté de Collias, l’édition 2017 nous a accueillis dans des conditions magnifiques et sous un soleil de plomb.

C’est à midi, le vendredi 23 Juin, que le camping a commencé à se remplir. Malgré un départ de Feu à Collias, le festival a été maintenu et les enceintes ont tourné jusqu’au Dimanche 25 Juin au soir.

L’an dernier l’évènement a été un franc succès (cf. notre retour du son libre 2016), l’édition 2017 a-t-elle connu la même réussite ?

La nuit !! Crédit photo : Ornella F-e.

2.      Son

Il y avait deux scènes différentes, l’une orientée Techno et l’autre Trance. Toutes les deux étaient équipées en Exekut-Sound, la fameuse marque de sonorisation Française qui n’a pas fini de faire parler d’elle. Même si les caissons sont plus compacts, moins nombreux et donc moins impressionnants, la qualité et la puissance étaient largement au rendez-vous.

La cabine du DJ à la Techno. Crédit photo Niky Nico.

2.1.Techno

 

Techno, swing techno, acid, tribe, drum, dubsteb, hardtek et ses dérivés, autant de styles que l’on a pu écouter depuis cette magnifique pyramide. C’est assez incroyable de retrouver autant d’univers différents sur une même scène. Chapeau.

La scène Techno. Crédit photo Exekut-Sound.

 

La tête d’affiche, Alex Stein, a tenu ses promesses avec sa techno bien grasse qui a su rassembler les foules.

Petit coup de cœur pour l’Animal qui a mélangé des samples funk avec de la techno afin de nous présenter une techno swing incroyablement fraiche sous le soleil du Samedi après-midi.

2.2.Trance

La scène Trance. Crédit photo Exekut Sound.

La scène Trance était ornée d’un magnifique éléphant 3D. Parfois illuminé, parfois blanc, il a fait partie, et nous a fait partir, du voyage tout au long du festival.

Idem que la scène Techno, la plupart des styles Trance ont été joué ; Psytrance, Progressive, Full-on, Hi-tech, Dark ainsi que de la Forest.

Les nuits étaient très orientées Dark, pour notre plus grand plaisir. L’arrivée du Soleil nous a progressivement ramené les mélodies propres à la Trance.

Liquid Soul a été impeccable avec sa Psytrance classique et efficace.

La scène Trance la nuit. Crédit photo Axel.

 

3.      Le festival

 

3.1.L’organisation

L’entrée du festival. Crédit photo Ornella F-e.

Point négatif : l’entrée et la réception des bracelets. Beaucoup trop de monde pour récupérer le précieux sésame, surtout le Vendredi soir. Les deux bungalows étaient clairement débordés et devoir patienter autant c’est bien dommage.

Il y a eu de l’attente à l’arrivée des voitures, mais nous sommes en pleine nature, sur une route type DFCI, donc c’est amplement justifié et compréhensible.

Le site était composé de plusieurs parkings. Ainsi nous avions la possibilité d’être plus ou moins proche du son et donc plus ou moins isolés des vibrations.

Comme son nom l’indique, on peut entrer et sortir du festival comme bon nous semble. La sécurité a constamment fouillé les festivaliers à l’entrée et c’est rassurant ; nous sommes en période Vigipirate et les agents ont été à la hauteur de cette exigence.

Les organisateurs ont mis en place une navette pour aller au lac voisin et c’est une très bonne initiative. Certes elle était parfois débordée, mais c’est déjà très bien de pouvoir se passer de voiture pour se rafraichir.

La décoration était luxuriante et à l’image de la Trance, des tipis, du VJing, des canopées etc. on rentre directement dans l’univers et on s’y sent terriblement bien.

Un tipi. Crédit photo Ornella F-e.

 

 

3.2.L’ambiance

La douche du dimanche après-midi. Crédit photo Axel.

Comme d’habitude au Son Libre, une grande majorité d’happy people. Tous ces gens sont venus pour se faire plaisir et passer un bon moment tout en respectant les autres festivaliers.

Il y a eu moins de problèmes que l’an dernier. Grâce aux lumières disposées au camping ? Peut-être, dans tous les cas j’ai eu que très peu d’écho quant à des vols, casses etc… Et ça c’est très positif.

La plupart des festivaliers étaient équipés de pistolets à eau et autres arrosoirs ce qui a donné lieu à d’innombrables batailles d’eau afin de résister aux grosses chaleurs. C’est à l’image de ce festival ; du partage et du plaisir.

Cependant il y a eu un petit manque d’autogestion de certains festivaliers quant aux déchets, ils ne prennent pas toujours la peine de ramasser. Malgré un gros boulot des bénévoles le dimanche pour distribuer des sacs et malgré des cendriers portatifs donnés à l’entrée.

Beaucoup de poussière, mais il y avait des bandanas aux stands pour quelques € !

 

3.3.Les stands

Le bar. Crédit photo Ornella F-e.

Comme à chaque fois, un bar pas cher et peu de festivals peuvent se vanter de proposer des bouteilles d’eau d’1L5 à 1 euro.

Le système de jeton, débordé, à rapidement autorisé les paiements en liquide devant le comptoir.

On retrouve toujours les fameux stands de préventions ainsi que de nombreux chills ombragés. Ces derniers ont fait le bonheur des gens qui n’ont pas eu le temps de profiter de la fraicheur de la nuit pour se reposer.

Beaucoup de monde aux stands de nourritures pendant les heures de repas. Cela n’empêche qu’il y avait de quoi satisfaire tout le monde, plats du monde, bio, vegan, froid et chaud à prix correct.

Techno de nuit. Crédit photo Mc Mah photo @Facebook.

 

4.      Conclusion

 

Le Son Libre fait de mieux en mieux d’année en année, les organisateurs apprennent de leurs erreurs pour s’améliorer et ainsi proposer un évènement formidable.

Le bilan du festival est, vous vous en doutez, très positif. Le son a su être éclectique et puissant. L’aménagement était globalement bien pensé, les festivaliers de bon ton et la météo au rendez-vous !

Le son libre. Crédit photo : Mc Mah photo @Facebook.

Je tiens à remercier tous les organisateurs et plus particulièrement Rudy pour nous avoir invité, tous les bénévoles pour le boulot formidable qu’ils ont apporté, tous mes amis avec lesquels j’ai passé un moment incroyable et enfin tous les festivaliers sans qui cet évènement ne serait pas ce qu’il est : l’un des meilleurs festivals électroniques du Sud de la France.

Rendez-vous l’an prochain, pour sûr !

Axel aka chipolata ou merguez