Popof (Form – Fr)

Popof (Form – Fr)

Originaire de Paris, POPOF est l’un des DJ les plus reconnus du milieu de la house et de la techno. Il a débuté sa carrière au sein du collectif parisien culte “Heretik System”. Pionnier de la techno minimale, il est depuis devenu un artiste internationalement reconnu, enchaînant les tournées dans le monde entier.

POPOF est, en outre, très demandé pour ses remixes et a travaillé pour des artistes célèbres tels que Depeche Mode, Chemical Brothers, Moby, BookaShade, Vitalic, Tiga, Maetrik, Martin Solveig et bien d'autres.. En 2015, il sort son premier album « Love Somebody » et en 2016, il créé son propre label « Form ».
Cet été, il sera présent sur de nombreux festivals et notamment à Kolorz Festival, le 20 juillet (à Capentras). 

Ton premier album « Love Somebody » est sorti en 2015. Tu as programmé la sortie du prochain ?

Hello ! Pas vraiment. Beaucoup de choses se sont enchainées depuis cette sortie et je n’ai pas pris le temps d’y penser vraiment. Cette année j’en suis à mon troisième EP et beaucoup de choses arrivent d’ici la fin de l’année.

(« Confusion » EP sur Mood records, label de Nicole Moudaber, « Enforced » EP sur le label d’Adam Beyer, Truesoul, « Bowo » EP sorti fin juin sur le label de POPOF, Form Music, et un prochain EP prévu doit bientôt sortir sur le label de Pig & Dan)

Tu as créé ton label « Form Music ». Comment choisis-tu les artistes signés sur le label ? Tu te vois comme un défricheur de talents (N’To, Julian Jeweil) ?

Je ne me vois pas comme un défricheur de talents mais j’aime donner leur chance aux jeunes artistes quand la musique me plait ; c’est clairement le but originel de Form Music : servir de tremplin. Après, le choix des sorties se fait vraiment en fonction de la musique ; peu importe que l’artiste soit connu ou pas, tant qu’on aime.

La prochaine sortie (prévue 29 juin) sera l’EP de The Reactivitz, un talent à surveiller.

Encensé par de nombreux magazines tant pour tes sets que pour tes remixes, éprouves-tu toujours autant de plaisir à tourner ou à produire ?

Absolument ! Mon kiff ultime est de me poser dans mon studio et composer pendant des heures, mais aussi de jouer devant un public averti qui rentre dans mon univers, et de ressentir toute cette énergie sur le dancefloor.

Tu seras présent dans de nombreux festivals cet été : Sziget à Budapest, Stéréoparc à Rochefort, Elektric Parc à Paris, Festival Kolorz à Carpentras, Mysteryland en Hollande. Est-ce que tu adaptes ton set en fonction du lieu et de l’horaire ? Que nous prépares-tu pour Kolorz ?

J’aime souvent répéter que je ne prépare jamais rien à l’avance. Tout dépend de l’heure, de l’endroit, de l’atmosphère, de l’humeur du public et de mon propre état d’esprit.

Je m’adapte en fonction mais pour Kolorz, ce sera de la techno à 100%

Quel est le festival que tu recommanderais cet été ?

C’est une question difficile, chaque festival a sa propre identité. Je suis surtout impatient de découvrir les festivals que je n’ai jamais faits !

Tu as commencé ta carrière avec les « Heretik ». Quels (bons ou mauvais) souvenirs gardes-tu de cette période-là ? Quel regard portes-tu sur la scène free ?

C’est une période qui m’a profondément marqué. On était sur la ligne de front, littéralement : ce qu’on a fait, confronter la justice et la législation françaises, n’avait jamais été fait avant. Dans les bons souvenirs, la free qu’on a organisée à la piscine Molitor est évidemment inscrite dans les annales. Dans les mauvais souvenirs … Je préfère ne pas en parler. L’excellent documentaire « We Had a Dream » de Damien Raclot apporte des éléments de réponse.

Quel est ton titre coup de cœur du moment / incontournable dans un mix ? Le morceau idéal pour une fin de set ?

Un morceau que je trouve très efficace sur le dancefloor et que j’ai sorti récemment : « Confusion », de mon EP du même titre. Sinon j’aime toujours finir mes sets avec des morceaux un peu mélodiques comme « Gott Ist Schrott » d’Extrawelt.

Quel est l’artiste que tu retiendrais et pourquoi : entre Richie Hawtin ou Sven Vath ? Laurent Garnier ou Manu le Malin ? Amon Tobin ou Aphex Twin ?

Alors ça, c’est une question impossible car j’aime la musique de tous ces artistes, autant les uns que les autres bien qu’ils soient tous différents. Ça ferait un très bon line